La Banque alimentaire Memphrémagog ouvre un café pour sa clientèle

La Banque alimentaire Memphrémagog ouvre un café pour sa clientèle

DÉPANNAGE. L’année financière 2018-2019 démarre en trombe à la Banque alimentaire Memphrémagog (BAM) avec un bilan jugé reluisant, un don de 1000 litres de sauce à spaghetti et l’ouverture d’un café social.

Le président Frédéric Demers remercie toute l’équipe et les bénévoles ayant répondu à l’appel en 2017-2018 pour atténuer le plus possible le problème de la faim dans la région. «Le nombre de bénévoles augmente sans cesse, c’est magnifique, applaudit M. Demers. Quant aux statistiques, elles sont similaires à l’année dernière, à l’exception de la quantité de denrées alimentaires distribuées en région, qui a augmenté de dix tonnes pour atteindre 106 tonnes.»

En moyenne, la BAM a aidé 55 familles par semaine avec son service de dépannage alimentaire, pour un grand total de 533 familles, comparativement à 576 familles l’année dernière.

En termes de personnes desservies, ce sont 998 personnes qui ont bénéficié de cette entraide alimentaire, comparativement 1119 l’an dernier.

Don de 1000 litres de sauce

La BAM souligne la contribution d’Alain Roberge, propriétaire de l’Auberge Orford, qui annonce un don de 1000 litres de sauce à spaghetti pour nourrir les gens d’ici.

Depuis une quinzaine d’années, M. Roberge contribue discrètement à la sécurité alimentaire des familles vivant en situation de pauvreté. Lui et son équipe ont souvent offert des repas et cadeaux à des familles dans le besoin. Il est aussi derrière le Souper des 51, dont l’objectif consiste à aider d’autres familles démunies.

Depuis une dizaine d’années, par l’entremise de la cuisine de son entreprise, lui et son équipe remettent une moyenne annuelle de 300 litres de sauce à spaghetti à la BAM. Tout récemment, il s’est engagé à offrir des produits alimentaires pour les cinq prochaines années. Par exemple, 200 litres de sauce, 100 tourtières et 30 dindes seront donnés annuellement à la BAM. Selon lui, il s’agit d’une valeur marchande approximative de 8000 $, soit un total de 40 000 $ sur cinq ans.

«J’ai longtemps donné dans l’ombre, mais cette fois-ci, je sors publiquement pour, non seulement épauler une cause qui me tient à cœur, mais pour lancer un défi à d’autres qui pourraient également aider la Banque alimentaire. Pour moi c’est important, car j’ai déjà su ce que voulait dire avoir faim», avoue-t-il.

Création d’un lieu de rencontre

La BAM vient d’ouvrir un café social à son adresse de la rue Sherbrooke. Il s’agit d’un lieu de rencontres et d’échange, où repas, café, téléphone, ordinateur et photocopieur sont offerts gratuitement à la clientèle. «C’est ouvert à tous, mais on veut avant tout briser l’isolement. C’est aussi une bonne occasion pour les personnes qui hésitent à demander de l’aide, à venir casser la croûte tout en discutant avec les gens», explique la directrice générale Suzanne Lafleur.

Quelques organismes s’associent à cette initiative pour assister ou accompagner des gens possiblement dans le besoin. Il s’agit de l’équipe Ressources Relais Memphrémagog (travailleurs de rue) et du Train des mots.

Le café est ouvert de 9h à 12 h, du lundi au jeudi.

Faits saillants 2017-2018

106: Nombre total de denrées alimentaires en tonnes distribuées à la communauté de la MRC en tonnes, ce qui représente une valeur approximative de 586 000 $. Ce sont 10 tonnes de plus que l’année précédente.

998: Nombre d’usagers inscrits au service d’entraide.

157: Nombre de bénévoles impliqués à la BAM, comparativement à 25 en 2013. Ils ont totalisé plus de 8000 heures l’an dernier.